Menu Horizontal Haut

Rss

Covoiturage

Allo match

Vidéos

Scans

Forum

Contact

Site

Confidentialité

FCNhisto.fr - Accueil

Historique du FC Nantes depuis 1943

Flux rss

Menu Vertical Saison

Menu Vertical Divers

Menu Vertical Divers

 

 

Non-au-racisme.com

 

 

 

 

CHRONOLOGIE de l'HISTOIRE du FC NANTES

 

 

FCNhisto.fr Histoire               FCNhisto.fr Vidéo 40 ans d'histoire               FCNhisto.fr Equipe 44 ans de Ligue 1               FCNhisto.fr Palmarès

 

Fondé en 1943, le FC Nantes accède à la Première Division vingt ans plus tard, en 1963. Depuis, il s’est imposé comme l’un des plus prestigieux clubs de France, remportant le championnat à huit reprises et trois fois la Coupe de France. Les Canaris se sont également forgés un solide palmarès Européen, même si aucune victoire dans une compétition continentale n’est à mettre à leur actif. FCNhisto.fr vous propose de revenir de manière chronologique, sur le glorieux passé du FCN.

 

 

1943 (21 avril) :

Naissance du FOOTBALL CLUB de NANTES, résultat de la fusion de six clubs de la région (Saint-Pierre, ACBL, Batignolles, ASON, SNUC section football et Mellinet). Marcel Braud en est le premier président, Aimé Nuic le premier entraîneur.

 

 

1943-1944 :

Première saison officielle du club, qui évolue dans le Championnat de France amateurs (zone ouest). Terminant deuxième, il obtient le droit d’évoluer dans la division supérieure.

 

 

1944-1945 :

Sur la lancée de sa précédente montée, le FC Nantes décroche trois titres durant la même saison : Champion de la Ligue d’Anjou, Champion de l’Ouest et Vainqueur de la Coupe de l’Ouest. En accédant ainsi en deuxième division, l’objectif initial fixé par les dirigeants est atteint en seulement deux ans.

 

 

1945 à 1947 :

Les Canaris vivent leurs deux premières saisons en deuxième division et se classent cinquièmes, puis huitièmes. Les débuts sont encourageants mais insuffisants pour un club de cette ambition. Il faut rejoindre l’élite au plus vite !

 

 

1947 à 1963 :

Le FCN se structure de plus en plus, mais s’attarde toujours en D2. De nombreux entraîneurs ont succédé à Aimé Nuic, mais aucun n’a réussi à faire monter le club. Il faut attendre 1960 et l’arrivée d’un certain José Arribas pour que les choses se précisent. Il lui faut trois saisons pour réussir, là où ses prédécesseurs ont échoué. Au terme de l’exercice 1962/1963, le FC Nantes intègre enfin la Division 1.

 

 

1963-1964 :

Pour leur première saison parmi l’élite, les Jaunes terminent huitièmes et échouent aux portes de la finale de la Coupe de France. Le coup d’essai s’est donc avéré un coup de maître !

 

 

1964-1965 :

Premier titre de Champion de France ! La France découvre une jeune équipe talentueuse, pratiquant un football collectif, rapide et précis.

 

 

1965-1966 :

Et comme pour prouver que ce premier titre ne doit rien au hasard, le club décroche, pour sa troisième saison en D1, son deuxième titre de Champion de France. Il s’incline cependant en finale de la Coupe de France, face à Strasbourg (1-0).

 

 

1966 à 1970 :

Le FCN vit quatre saisons vierges de trophées, ne réalisant néanmoins pas des saisons catastrophiques (2e, 7e, 10e et 10e). En 1969/1970, il joue une seconde finale de Coupe de France, qu’il perd à nouveau (5-0 face à Saint-Etienne).

 

 

1972-1973 :

Les Canaris continuent d’étoffer leur palmarès national et deviennent pour la troisième fois de leur histoire, Champions de France. Encore une fois finalistes de la Coupe de France, ils ne connaissent cependant pas plus de réussite que lors de leurs deux précédentes participations et cèdent la victoire à Lyon (2-1). On parle déjà du syndrome de la Coupe…

 

 

1976-1977 :

Cette nouvelle saison est marquée par le départ de José Arribas, après seize années de bons et loyaux services. Celui à qui le club doit sa montée en première division est remplacé par Jean Vincent qui va, d’entrée, offrir un quatrième titre national au club. Quadruples Champions de France, les Canaris courent cependant toujours derrière une première victoire en Coupe de France.

 

 

1978-1979 :

Celle-ci va enfin intervenir en 1979. Le 16 juin très précisément, le FCN ramène le prestigieux trophée dans la Cité des Ducs, en battant en finale les valeureux amateurs d’Auxerre (4-1, ap).

 

 

1979-1980 :

Saison faste pour le FC Nantes. En terminant avec trois points d’avance sur son dauphin, Sochaux, le club conquiert le cinquième titre de Champion de France de son histoire. Il réalise également un parcours mémorable en Coupe des Coupes, n’échouant qu’au stade des demi-finales, face à Valence.

 

 

1982-1983 :

Arrivé à l’aube de la saison 1981/1982, en remplacement de Jean Vincent, parti, Jean-Claude Suaudeau tente de pérenniser le club au sommet de la hiérarchie Française. Et il y parvient plutôt bien, remportant le championnat 1982/1983.

 

 

1984 (8 mai) :

Inauguration du Stade de la Beaujoire, symbole de la vision de grandeur qu’ont les dirigeants pour le club.

 

 

1988 à 1992 :

Jean-Claude Suaudeau est remplacé au poste d’entraîneur par Miroslav Blazevic. Mais le Bosniaque est loin de rencontrer le succès attendu, terminant deux saisons de suite dans le ventre mou du classement. Son aventure sur les bords de l’Erdre va donc tourner court et c’est… Jean-Claude Suaudeau qui, en janvier 1991, va reprendre en main les destinées du navire FCN.

 

 

1992 :

Le FC Nantes est rétrogradé en deuxième division par la DNCG pour d’énormes difficultés financières. Mais l’arrivée du président Guy Scherrer et le combat acharné des dirigeants vont changer la donne. Convaincue, la DNCG décide de réintégrer le club parmi l’élite. Le FOOTBALL CLUB de NANTES (F.C.N.) devient alors le FOOTBALL CLUB de NANTES ATLANTIQUE (F.C.N.A.).

 

 

1992-1993 :

Il s’agit donc désormais de reconstruire. De nouveaux noms sortent de la Jonelière. Ils s’appellent Loko, Pedros, Ouédec, Makélélé, Karembeu, et font du football, un spectacle. Tous les terrains de France restent en admiration devant le talent et la complicité de ces jeunes garçons. Les Canaris terminent la saison en cinquième position et manquent de peu un nouveau triomphe en Coupe de France (défaite en finale 3-0 contre le PSG). En un an, Nantes est passé du cauchemar au rêve.

 

 

1994-1995 :

Arrivée au sommet de sa gloire la nouvelle génération du club permet au club de triompher une septième fois en championnat. Trop fort pour ses adversaires, le FCNA fait exploser tous les records : meilleure attaque (71 buts), meilleure défense (34 buts), meilleur buteur (Patrice Loko, 22 buts), record d’invincibilité en D1 (32 matches sans défaite).

 

 

1995 à 2000 :

Les cinq saisons consécutives au titre, sont moyennes, sans toutefois être catastrophiques. On retiendra surtout la « Remontée Fantastique » en 1996/1997, qui aboutira sur la retraite de Jean-Claude Suaudeau, remplacé par son fidèle élève, Raynald Denoueix et deux victoires en Coupe de France, constituant les deuxièmes et troisièmes succès dans cette compétition (1-0 face à Sedan en 1998/1999 et 2-1 face à Calais en 1999/2000).

 

 

2000-2001 :

Sur la lancée de son succès en Coupe de France, le FC Nantes remporte son huitième titre de Champion de France. C’est la preuve que la formation est plus que jamais la valeur sûre du club (sept des onze titulaires habituels sont issus de la Jonelière).

 

 

2001 à 2005 :

S’ensuit à ce titre, une reprise du club par la Socpresse. Cette dernière permet un recrutement solide dès l’intersaison 2001/2002 (Pierre-Yves André et Olivier Quint débarquent). Mais les points positifs s’arrêtent là. En proie à des difficultés financières, le repreneur du FCN est lui-même racheté par le groupe Dassault qui devient par conséquent, l’actionnaire majoritaire du club. Résultat : la mise en fonction en qualité de président de Jean-Luc Gripond. Depuis cette arrivée, les Canaris n’ont jamais réussi à retrouver le haut du tableau, évitant même de manière miraculeuse la relégation sportive en 2004/2005.

 

 

2005-2006 :

Changement à la tête du FC Nantes. Jean-Luc Gripond est remplacé par Rudi Roussillon, même si le premier cité est conservé dans le staff administratif. Sur le terrain, Mickaël Landreau et Jérémy Toulalan sont conservés, mais ne pourront empêcher le club de terminer à une modeste quatorzième place, loin des objectifs initiaux.

 

 

2006-2007 :

A l’intersaison, pas moins de six joueurs sont recrutés (Vladimir Stojkovic, Eric Cubilier, Adriano, Alioum Saïdou, Nourdin Boukhari et Christian Wilhelmsson). Mais cette politique de recrutement massif, au profit de celle qui met en avant la formation, s’avèrera finalement un cuisant échec. Le club vit une saison noire. Les recrutements au Mercato hivernal de Fabien Barthez, Jaouad Zaïri et Luigi Pieroni n’y feront rien. Après quarante-quatre saisons passées au plus haut niveau, la Maison Jaune est reléguée en Ligue 2.

 

 

2007-2008 :

Démissionnaire, Rudi Roussillon est remplacé par Luc Dayan, qui assurera la transition jusqu’à la reprise du club par Waldemar Kita, en début de saison. Dans le même temps, de nombreux joueurs sont recrutés en grande partie par Xavier Gravelaine (Olivier Thomas, Yoann Poulard, Rémi Maréval, Harlington Shéréni, David De Freitas et Nicolas Goussé). Ces hommes, rejoints à la trêve hivernale par Stefan Babovic et Filip Djordjevic, seront les grands artisans de la remontée immédiate du club, qui intervient, donc, au terme d’un exercice marqué par le sérieux et la rigueur, mais où le jeu aura cruellement fait défaut.

 

 

2008-2009 :

Le retour en Ligue 1 se voulait grandiose, il se sera avéré morose. Après une saison dramatique, le FC Nantes retrouve le chemin de la seconde division. Cette fois-ci, les regrets ne sont pas au rendez-vous. Le club et son actionnaire-président récoltent ce qu'ils ont semé à coups de changements d'entraîneur (Michel Der Zakarian, Christian Larièpe et Elie Baup se succèdent tour à tour sur le banc nantais) et de choix sportifs incohérents (recrutement calamiteux et mise à l'écart des meilleurs éléments du centre de formation notamment).

 

 

2009-2010 :

Malgré un bon départ en championnat qui laisse espérer une remontée immédiate, le FC Nantes ne tarde pas à s'effondrer et à sombrer dans les bas fonds du classement. Plus les journées s'enchaînent, plus le club voit ses chances de promotion s'amenuiser. A ce rythme, les espoirs de montée s'effacent rapidement au profit de craintes de la relégation. Qui sera finalement évitée. Mais la gestion du club, toujours aussi déplorable, laisse peu de place aux chances d'un avenir meilleur du côté de la Beaujoire...

 

 

Chronologie réalisée par Loïc  ©  FCNhisto.fr

 

 

 

FCNhisto.fr Histoire               FCNhisto.fr Vidéo 40 ans d'histoire               FCNhisto.fr Equipe 44 ans de Ligue 1               FCNhisto.fr Palmarès

 

 

 

Menu Horizontal Bas

Copyright  ©  FCNhisto.fr  -  Site non officiel et indépendant  -  Contact  

-  Tous droits réservés  -  Plan du site  -  Mentions légales  -  Confidentialité