Menu Horizontal Haut

Rss

Covoiturage

Allo match

Vidéos

Scans

Forum

Contact

Site

Confidentialité

FCNhisto.fr - Accueil

Historique du FC Nantes depuis 1943

Flux rss

 

FCNhisto.fr Retour page précédente

 

Dimanche 7 juin 2009

France Football  -  n° 2 625

 

Jean-Claude Suaudeau

FC Nantes : Suaudeau monte au créneau

Le FC Nantes ne roule pas sur l'or. Malgré deux saisons lucratives, le club n'est pas tombé dans l'opulence. Alors, il préfère jouer la prudence. Précisions chiffrées par son directeur financier.

Comment un club peut-il s'appauvrir sportivement quand dans le même temps il s'enrichit financièrement ? Telle est la question que l'on se pose au sujet du FC Nantes. En l'espace de deux saisons, les Nantais ont été champion de France, demi-finaliste de la Ligue des Champions et ils ont vendu leur quatre joueurs les plus cotés (Karembeu, Loko, Ouédec et Pedros). Mais en dépit de ces rentrées d'argent, ils paraissent toujours gênés aux entournures au moment de faire leur marché. C'est que les choses ne sont pas aussi simples qu'elles en ont l'air.

« Nous n'avons pas entièrement bouclé le plan de redressement établi de 1992, explique Alain Florès, directeur financier du FC Nantes. A l'époque, nous avions une situation nette négative de 60 MF. Aujourd'hui elle est encore de moins 5 MF au niveau de l'association. Cela représente des efforts financiers colossaux. Ensuite, la Ligue des Campions n'est pas le jackpot financier dont tout le monde parle, sauf si vous gagnez tous vos matches. Comme il s'agit d'une compétition entièrement controlée par l'organisme européen, vous êtes obligés d'occulter tous vos partenaires, à l'exception du sponsor maillot. En ce qui nous concerne, nous avons réalisé 67 MF de recettes et 30 MF de marge brut. »

Le FC Nantes n'a pas davantage touché le jackpot en se séparant de Pedros et de Ouédec. D'où ce reproche souvent entendu : Nantes ne sait pas vendre. « Nous avions un engagement avec Pedros, il pouvait partir à condition qu'un club mette 13 MF sur la table. Il faut tenir compte des réalités du marché. En valeur théorique, Pedros vaut peut-être 25 MF, mais les clubs ne se sont pas précipités pour l'acheter. Ouédec est parti pour 14,3 MF. Là aussi, le chiffre peut sembler bas. On sait qu'on ne trouvera pas un joueur de ce niveau pour 14 MF.  Mais croyez-vous que nous  l'aurions laissé partir à ce prix si nous avions

eu une offre à 20 MF ? »  Si la Ligue des Champions n'a pas fait couler l'or à flot et si les attaquants nantais n'ont pas déclenché une émeute, la saison a été largement bénéficiaire. « Les recettes n'ont jamais été aussi importantes, c'est vrai, admet Alain Florès. Sur la saison 1995-96, nous allons faire un résultat après impôt de 20 MF, contre 6 MF en 1994-95, 2 MF en 1993-94 et 1 MF en 1992-93. Mais on oublie que si des joueurs sont partis, d'autres sont restés. Il a fallu négocier des contrats. Nous avons aussi thésaurisé afin de préparer l'avenir. Le club est géré selon des règles de prudence. Et puis les transferts de Pedros et de Ouédec font l'objet de modalités de paiement étalées dans le temps. Nous ne pouvons pas prendre de risques immodérés dans notre politique de recrutement. »   Par Rémy Lacombe (FF)

 

FC Nantes : Suaudeau monte au créneau

 

Mis en ligne le 7 juin 2009

 

France Football

 

 

FCNhisto.fr Détails saison 1996-97              FCNhisto.fr Retour page précédente

 

 

 

Hit-Parade                         

 

Menu Horizontal Bas

Copyright  ©  FCNhisto.fr  -  Site non officiel et indépendant  -  Contact  

-  Tous droits réservés  -  Plan du site  -  Mentions légales  -  Confidentialité