Menu Horizontal Haut

Rss

Covoiturage

Allo match

Vidéos

Scans

Forum

Contact

Site

Confidentialité

FCNhisto.fr - Accueil

Historique du FC Nantes depuis 1943

Flux rss

Menu Vertical Saison

Menu Vertical Divers

Menu Vertical Divers

 

 

Non-au-racisme.com

 

 

 

 

 

 

 

CETTE ANNÉE LÀ : 2009-10

 

 FCNhisto.fr Retour page précédente

 

<<< saison précédente

 

 

Le 1 juillet 2010

 

FC Nantes 2009-10

FC Nantes : résumé de la saison 2009-10

Saison 2009-10 (Ligue 2)

 

Le groupe : Abdoun (27), Akouassaga (6), Alonzo (4), P. M. Ba (26), Babovic (3),  Barré (1),  Bekamenga (14), Bonnes (2), I. Camara (7), Capoue (1), Choubani (4),  Darbion (36),  Darcheville (27),  De Freitas (16), Djilobodji (13), Djordjevic (19),

Dossevi (7), El Adoua (8), El-Mourabet (5),  Hanni  (1), Jarjat (32), Kamenar (35), Keserü (10), I. Keita (2), Klasnic (5), Lejeune (17), Lusinga (2), Maréval (28), Moullec (3), N'Daw (32), T. N'Diaye (16), Négo (1), Pierre (25), Rodelin (4), Sambou (19), Shereni (15), Tall (26) et Vainqueur (29) et Zerka (25).

Entraîneur : Gernot Rohr  /  Jean-Marc Furlan  /  Baptiste Gentili

 

Toujours plus bas

 

Après une saison 2008-2009 calamiteuse, on pensait que le club des bords de l’Erdre avait fini par atteindre le fond du baril. En effet, quoi de plus désastreux qu’une 2ème descente en Ligue 2 en seulement trois ans, le tout accompagné par les départs de Frédéric Da Rocha et de Laurent Guyot, derniers représentants d’un FCN conquérant sur le terrain et au centre de formation. Sans compter, les revendications de supporters exaspérés au point de manifester dans la rue pour demander le départ du triumvirat présidentiel composé de messieurs Kita, Robin et Praud.

 

Et bien non ! En fait, le baril était beaucoup plus profond qu’on ne le pensait, et le FCN a continué sa descente dans des eaux de plus en plus profondes. Le FCN a clôturé cette saison à une peu reluisante 15ème place avec 45 points, seulement deux de mieux que le premier relégable. Et gardons bien en tête qu’au bout de 12 journées, avant la mémorable déculottée infligée par Le Havre (0-4), le FCN était confortablement installé en 2ème position du classement avec un joli pécule de 23 points ! Quel aurait été le verdict si le début de saison n’avait pas été aussi solide ? A n’en pas douter une deuxième relégation successive. Pour compléter le tableau, le FCN a été éliminé dès son apparition en Coupe de la Ligue et en Coupe de France en subissant à chaque fois une véritable correction de la part de Troyes (0-4), équipe de National, et de Concarneau, équipe de CFA2. Triste bilan pour une équipe dirigeante qui se donnait 5 ans pour réussir et qui en a déjà dilapidés 3 pour conduire le club au bord du National !

 

Toujours plus nombreux

 

Le recrutement du FCN est devenu, depuis longtemps maintenant, un sujet de dérision tant on a l’impression que le grand jeu des décideurs nantais (dirigeants et entraîneurs) successifs est d’empiler les joueurs. Pourtant, lors de leurs prises de fonction, ces mêmes décideurs rivalisent de déclaration pour « dégraisser l’effectif », « faire de la place aux jeunes », « recruter de la qualité et non de la quantité »… Amen. L’année dernière, un paragraphe du résumé de la saison commençait en ces termes : « C’est devenu une coutume depuis plus de dix ans et cette intersaison 2008 n'allait pas déroger à la règle. Elle est marquée par un énième renouvellement d’effectif. ». Changez 2008 et mettez 2009 et vous aurez un bon aperçu de la politique de recrutement judicieuse adoptée à l’orée de cette nouvelle saison. Pour mémoire, rappelons les départs de Douglao, Andriatsima, Bagayoko, Da Rocha, Das Neves, Faty, Guillon et Poulard auxquels se sont ajoutés les prêts de N’Daw, N’Dy Assembé, Babovic, Capoue et Klasnic. Dans le sens inverse, sont arrivés, contrats à la clé, Akouassaga, Darbion, Jarjat, N’Diaye, Kamenar, Darcheville, Ba, Zerka plus des retours de prêts pour Coureur, Gravgaard, Keserü, Shereni et Sambou. Pas trop mal à la tête, parce que maintenant, il faut additionner tout ça pour constater que 13 joueurs sont partis et 13 autres sont venus les remplacer. Et comme si tout ça n’avait pas suffi, le FCN en a rajouté une seconde couche lors du mercato hivernal avec cette fois-ci, les départs de Rodelin et Keserü en prêt et les arrivées de Pereira, Djilobodji et Lejeune plus les prêts de El Adoua et Camara. Si les totaux sont bons, on a ajouté 3 contrats à notre fameux effectif déjà pléthorique… Pour ce qui est de dégraisser l’effectif et de laisser de la place aux jeunes, on repassera !

 

Le stade de la Beaujoire se vide, match après match...

 

Toujours moins de jeu

 

Compte tenu de cette calamiteuse gestion de l’effectif, il n’est guère surprenant de constater que le jeu du FCN tout au long de cette saison a été d’une insigne faiblesse. Même lors du début d’année pourtant solide, avec une série de 11 matchs sans défaite, les prestations des nantais étaient peu reluisantes et nombre de résultats flatteurs pouvaient s’apparenter à des hold-up tant le fond de jeu de l’équipe était insignifiant. A l’image de son entraîneur d’alors, Gernot Rohr, le FCN jouait sur ses qualités physiques pour imposer un combat à l’autre équipe : une philosophie à des années lumière de ce qui a fait l’âme du FCN. Et à force de renier tout son passé, on finit par se retrouver tout seul, isolé, vulnérable. C’est ce qui est arrivé au FCN après à peine un tiers du championnat. La lourde défaite (4-0) face au HAC lors de la 13ème journée et surtout les déclarations d’après-match de certains supposés leaders de vestiaire sont venues rappeler à tout le monde que le « collectif » du FCN n’était qu’un leurre. La suite ne fut plus qu’une longue descente aux enfers au cours de laquelle, il serait même indécent de parler de jeu !

 

Toujours moins de compétence

 

Si le jeu nantais ne fait plus parler de lui (si ce n’est lorsque certains commentateurs se rendent compte que la formidable école du Barça présente des similarités marquées avec ce que fut la formidable école nantaise … (gloups !), il est un domaine où le FCN tient le haut du pavé : le management ! Les décideurs nantais « manage » (avec l’accent anglais pour que ça fasse encore plus professionnel) à tout va. Ca n’arrête pas de bouger aussi bien au niveau administratif qu’au niveau sportif, c’est le mouvement perpétuel… après au niveau de la compétence, la triste saison du FCN laisse à penser que ça reste désespérément au niveau de l’encéphalogramme plat. Cette année est celle des records dans ce domaine avec pour commencer trois entraîneurs successifs: Gernot Rohr, le poète, pour débuter et amener le FCN à la 6ème place au bout de 16 journées, suivi de Jean-Marc Furlan, l’amateur de macaroni, pour descendre jusqu’à la 16ème place au bout de 24 journée et enfin Baptiste Gentili, autre grand admirateur du beau jeu, pour venir s’échouer à une 15ème place souffreteuse à la fin de la saison. Même le centre de formation a eu droit à sa réorganisation puisque Jacky Bonnevay, une sommité en la matière, s’est vu installé à sa tête avec en prime la direction de l’équipe de CFA2. Cette arrivée a été tellement appréciée que Bonnevay a été gentiment mis sur la touche dès la fin de la saison. Compétence quand tu me tiens ! Mais l’agitation du bocal n’a pas seulement concernée le domaine sportif puisque le triumvirat magique Kita, Robin, Praud a volé en éclats pour devenir un non moins magique Kita, Kita, Favard. Que du bonheur pour le supporter nantais ! Alors, certes, d’un côté, on ne peut que se réjouir du départ d’un Robin dont on se demande encore quelle était exactement sa fonction et d’un Praud veule au point de se renier pour garder les faveurs de la toute puissance Kita. Mais de l’autre côté, comment trouver des motifs d’espérance dans la montée en puissance du fils à papa qui s’appuie désormais sur les conseils avisés d’un homme qui traîne derrière lui une méchante casserole sous la forme d’une condamnation à 10 mois de prison avec sursis pour une affaire d’escroquerie à la billetterie. C’est à ce même homme qu’on doit une grande partie du recrutement nantais pour cette triste saison. Conseils avisés, compétence….

 

Enfin de l’espoir

 

Malgré ce triste bilan, le supporter nantais se doit de garder un ultime espoir, ne serait-ce que pour continuer à avoir envie de suivre son club préféré. Cet espoir, comme toujours lorsqu’on parle du FCN, il peut venir de la formation. Cette saison a vu les U19 entraînés par Samuel Fenillat se hisser jusqu’en demi-finale de la Coupe Gambardella où ils ont chuté face à Sochaux (1-4). Ce remarquable parcours fait suite à une saison 2008-2009 marquée par une finale en Gambardella. Les jeunes du centre de formation sont de qualité comme en attestent leurs résultats. Il serait temps que ceux qui sont à la tête du FCN prennent conscience de ce potentiel et ressortent des placards une politique qui a fait les beaux jours du FCN : donner leurs chances aux jeunes. Le supporter préfère voir jouer une équipe qui joue un football construit basé sur des valeurs acquises pendant des années de formation commune plutôt qu’un football de raccroc adapté à la va vite pour les spécificités de nombreuses recrues ayant peu de choses en commun. La nomination de Samuel Fenillat à la tête du centre de formation est un premier pas dans la bonne direction mais il reste encore beaucoup de chemin avant de pouvoir être à nouveau fiers de nos couleurs…

 

 

Les détails de la saison :

FCNhisto.fr Championnat Ligue 2     FCNhisto.fr Buts en vidéo     FCNhisto.fr C. de France      FCNhisto.fr C. de la Ligue      FCNhisto.fr Buteurs      FCNhisto.fr Effectif détaillé

 

 

Riki44  ©   FCNhisto.fr  -  Le 1 juillet 2010

 

<<< saison précédente

 

 FCNhisto.fr Vos réactions sur le forum

 

 

  FCNhisto.fr Retour page précédente

 

 

 

 

Menu Horizontal Bas

Copyright  ©  FCNhisto.fr  -  Site non officiel et indépendant  -  Contact  

-  Tous droits réservés  -  Plan du site  -  Mentions légales  -  Confidentialité